dimanche 30 octobre 2011

Le Chef Est Une Femme

Et sa divine recette du moelleux au chocolat juste en-dessous

Hier, je me suis rendue pour une fois à un cours payant de cuisine de mon plein gré (pas de coffret cadeau qui se cache derrière), et j'avoue que c'était hyper sympa, aussi bien pour le cadre que pour l'accueil.
Où, où, où ??
C'était à l'atelier Le Chef Est Une Femme, situé à Asnières-sur-Seine.
Et conséquence des vacances de la Toussaint et d'un samedi matin, on était 6 élèves soit la moitié du nombre maximal, ce qui a sans doute renforcé ce côté extrêmement convivial. :-)

Petit-déjeuner dans le coin salon
Derrière la porte d'entrée qui ne paie pas de mine, se cache un très joli loft décoré avec goût : on est dépaysé dès les premiers pas à l'intérieur.
Ah ? La chef Elise va avoir environ 30 min. de retard ?
Pas de problème, car on s'y sent déjà comme chez soi surtout quand on s'installe côté salon. Dommage qu'il fasse bon dehors car j'aurais bien aimé voir un beau feu de cheminée.
En attendant l'arrivée de la personne principale, c'est Sandra qui nous propose un petit-déjeuner pour patienter. Cela tombe bien car je n'avais pas eu le temps d'en prendre un. :-p
Thé, café, jus d'orange, tranches de brioche, petites brioches, Nutella, confiture... et macarons !
Excellents, les macarons ! C'est fait maison, et cela tombe bien, un cours "Macarons" existe à l'atelier Le Chef Est Une Femme.
On papote... on papote... et je me dis que le lieu est bien plus charmant et accueillant que ce que j'avais pu entrevoir dans l'émission "Masterchef se met à table" de la semaine dernière (le replay, c'est bien pratique, j'ai pu voir juste la séquence qui m'intéressait).

Suprême de pintade farci d'une tendreté...

La chef Elise finit par arriver et au programme :
  • entrée : une soupe au foie gras,
  • plat : travail avec des suprêmes de volaille,
  • dessert : moelleux au chocolat.


Soupe au foie gras
Au final, des recettes faciles à reproduire chez soi, que l'on peut personnaliser et décliner à l'infini !
Et un très bon moment passé en la compagnie de chef Elise, Sandra et Marie(-Noêlle ?? Oups... je n'ai retenu que le premier bout du prénom composé... :-$)
Avec un peu de recul, un verre de vin à payer en supplément n'aurait pas été de refus au moment de la dégustation sur place.

En tout cas, avec l'autorisation de la chef Elise, je vous délivre sa recette du moelleux au chocolat hyper facile à retenir ! Et vraiment extra moelleux !



Moelleux au chocolat

Ingrédients (pour 25-30 parts) :
  • 1 kg. de chocolat noir en pépites,
  • 1 kg. de beurre doux,
  • 500 g. de sucre en poudre,
  • 300 g. de farine,
  • 20 oeufs (calibre 55-60).

Bien entendu, les quantités ont été divisées par quatre pour l'occasion !

Préchauffez le four à 180°C.

Coupez le beurre en gros dés.

Faites fondre le chocolat et le beurre ensemble au bain-marie.
Hors du feu, mélangez délicatement jusqu'à homogénéité.

Dans un saladier, battez les oeufs avec le sucre en poudre.
Ajoutez ensuite la farine (de préférence tamisée pour éviter les grumeaux).
Mélangez à nouveau jusqu'à homogénéité.

La Chef Elise
Quand le mélange chocolat/beurre a suffisamment refroidi à température ambiante, versez-le sur le mélange oeufs/sucre/farine.
Mélangez le tout jusqu'à obtenir une pâte bien homogène.

Beurrez les moules individuels (bien pratique le beurre en spray !!).
Remplissez-les jusqu'aux trois-quarts soit avec une louche soit avec une poche à douille.

Enfournez durant 6-8 minutes pour un fondant au chocolat, 10-12 minutes pour un moelleux.
A déguster aussitôt.

Là, comme on a fait sept généreux moelleux, le coeur était encore légèrement fondant, de quoi contenter les amateurs de fondants et les autres de moelleux. ;-)


Les déclinaisons possibles proposées par la chef Elise :
  • un coeur à la framboise, au chocolat, caramel beurre salé...
  • accompagnement : sorbet express à la framboise, à la mangue...

On m'en a déjà fait manger avec un coeur au chocolat blanc/noix de coco, et une autre fois surmonté d'une mousse caramel au beurre salé, et c'était super bon à chaque fois.
Ce que je tenterais bien, ce serait un moelleux au chocolat avec un coeur fondant à la mangue (mangue réduite en purée, puis congelée dans un bac à glaçon, avant de placer un morceau encore congelé enfoncé aux trois-quarts dans chaque moule).

Et vous, comment déclineriez-vous cette recette de moelleux au chocolat ?

jeudi 27 octobre 2011

Casa Barilla

Conchiglie Rigate au Speck potiron et son bâton de cannelle

J'avais découvert un peu par hasard la Casa Barilla un dimanche en écoutant la radio, et je m'étais alors dit pourquoi pas y faire un tour pendant l'heure du déjeuner, et carrément assister à un de leurs cours de cuisine (ça dure 30 minutes, nickel !).
L'ambiance, les participants et les profs étaient super sympas, la recette excellente, des astuces parsemées ci et là.
Le bilan est que j'y retournerai bien l'année prochaine !

La recette du cours était "Conchiglie Rigate au Speck, potiron et son bâton de cannelle".
La prof (venant de "Mademoiselle M") m'avait affirmé qu'on trouverait la recette sur le site de la Casa Barilla.
J'ai vérifié encore aujourd'hui : que nenni !
Aussi, je vous donne la liste des ingrédients et les quantitiés telles que je me rappelle.
En tout cas, depuis ce cours, j'ai déjà refait cette recette deux fois avec toujours autant de succès.
Je vous préviens tout de même, c'est une recette généreuse car riche en saveurs... et en huile d'olive ! Mais si la prof en avait moins mis, il faut avouer que cela aurait été effectivement bien moins bon...
Allez, consolez-vous en vous disant que cette recette est aussi complète par la présence de féculents, viande, légumes, laitage.

Côté astuces :
  1. Saviez-vous que pour cuire 100 g. de pâtes sèches, il faut 1 L. d'eau ? Moi, oui. Mais cela pose évidemment problème lorsque j'invite plus de 4 personnes... car je ne peux plus respecter ces proportions pâtes/eau.
  2. Saviez-vous qu'à cela, il faut ajouter 7 g. de sel ? Moi, non. Je faisais "à l'oeil".
  3. Saviez-vous qu'il est inutile d'ajouter de l'huile d'olive dans l'eau de cuisson de vos pâtes ? Moi ? Euh... oui... depuis l'hiver dernier. Eh oui, l'huile flotte, et vos pâtes restent en-dessous. Si vous ne voulez pas que vos pâtes servies sans sauce ne collent pas, ajoutez de l'huile d'olive ou du beurre après les avoir rapidement égoutées.
  4. Saviez-vous qu'il est préférable d'utiliser de l'eau de cuisson des pâtes pour lier la sauce qui doit les accompagner plutôt qu'utiliser de l'eau ? Moi, non.
  5. Saviez-vous qu'il est préférable pour votre ligne de manger des pâtes cuites al dente car l'indice glycémique est plus bas ? Moi, oui... depuis l'hiver dernier seulement.
Récapitulatif :
Pour 100 g. de pâtes sèches, il faut compter 1 L. d'eau et 7 g. de sel. Inutile de rajouter de l'huile lors de la cuisson (mais bon, si j'en ai envie, je continuerai à ajouter un cube de bouillon de volaille car cela parfume bien les pâtes !). Pensez à garder quelques louches d'eau de cuisson enrichie de l'amidon des pâtes si vous voulez lier une sauce et la servir avec les pâtes cuites.
Et pour votre ligne, respectez le temps de cuisson des pâtes pour les manger al dente comme tout italien se doit ! (Rappel : temps de cuisson = temps écoulé à partir de la reprise de l'ébullition après avoir ajouté les pâtes sèches. Je dis ça parce que j'en connais une qui a servi des pâtes pas assez cuites il y a quelques années. ;-) )
Et vous, connaissez-vous d'autres astuces pour cuire/conserver/agrémenter vos pâtes ?
Si oui, partagez-les en laissant un message :-)
Sinon, vous pouvez quand même en laisser un pour donner votre avis sur la recette. ;-)

Ingrédients (pour 4 à 6 personnes) :
  • 500 g. de conchiglie rigate,
  • 5 L. d'eau,
  • 35 g. de sel (je préfère en mettre beaucoup moins et mettre plus de parmesan à la fin :-p),
  • 250 g. de Speck en fines tranches (jambon légèrement fumé du nord de l'Italie),
  • 50 g. d'oignon (environ 2 petits),
  • 1 tranche de 300 g.(sans pépin) de potiron
  • 40 g. de parmesan rapé (pour moi, c'est plutôt 60 g.),
  • 2 bâtons de cannelle,
  • 1 botte de persil plat,
  • sel, poivre,
  • un peu de vinaigre balsamique
  • et beaucoup d'huile d'olive !

Lavez le persil plat à l'eau froide.
Séchez-le à l'aide d'un torchon sec et propre.
Conservez uniquement les feuilles, puis ciselez-les.
Réservez.

Epluchez les oignons, puis coupez-les en deux dans le sens la hauteur.
Emincez-les ensuite finement.
Réservez.

Retirez la peau de la tranche de potiron (allez-y doucement, petit morceau par petit morceau, car la peau est très dure... et ce serait dommage de vous couper un doigt).
Coupez ensuite la chair en dés d'environ 1.5 cm (ou plus petits si vous êtes pressé).
Réservez.

Coupez les tranches de Speck en tronçons d'environ 1 cm de largeur.
Réservez.

Dans une poêle à froid, versez un bon filet d'huile d'olive puis les oignons émincés.
Salez légèrement. C'est pour que les oignons rendent plus vite leur eau.
Mettez le tout sur un feu assez fort.
Remuez régulièrement à l'aide d'une spatule jusqu'à les nacrer (c'est-à-dire qu'ils deviennent légèrement translucides).
Baissez ensuite le feu à doux..
Ajoutez les dés de potirons, un généreux filet d'huile d'olive, à nouveau un peu de sel et les deux bâtons de cannelle.
Mélangez à l'aide d'une spatule de manière à bien enrober chaque dé d'huile d'olive.
Remuez de temps à autre jusqu'à ce que les dés de potiron cuisent sans coloration. Les dés de potiron sont cuits lorsque la lame d'un couteur (ou un cure-dent) traverse aisément la chair des dés que vous testez.

Pendant la cuisson des dés de potiron avec les oignons, vous pouvez vous occuper en faisant frire les tronçons de Speck.
Pour cela, dans une autre poêle, versez un léger filet d'huile d'olive et mettez le tout sur un feu assez fort.
Lorsque l'huile est suffisamment chaude, versez les tronçons de Speck. Pour savoir si l'huile est suffisamment chaude, je teste en jetant un tronçon de Speck dans la poêle huilée : si j'entends "psssssssht" avec des petites bulles qui se forment autour du tronçon, je verse alors le reste de Speck. Sinon j'attends jusqu'à entendre "psssshhht" et voir les bulles.
Remuez à l'aide d'une spatule de manière à enrober chaque tronçons d'huile d'olive.
Remuez de temps à autre jusqu'à ce qu'ils soient bien colorés. J'ai dit colorés et non brûlés !!
Réservez dans la poêle hors du feu.

Faites cuire les pâtes selon le temps indiqué sur le paquet pour qu'elles soient al dente.
Une fois cuites, avant de les égoutter, n'oubliez pas de réserver quelques louches de l'eau de cuisson des pâtes !
Dans le récipient qui a servi à cuire les pâtes et totalement vidé de son eau de cuisson, réchauffez les oignons et les dés de potiron cuits sur feu doux.
Ajoutez les pâtes al dente, puis le parmesan rapé.
Remuez bien le tout délicatement à l'aide d'une spatule.
Versez un filet de vinaigre balsamique, poivrez.
Mélangez à nouveau délicatement.
Goûtez et rectifier l'assaisonnement si besoin est en rajoutant du sel, du poivre et/ou du vinaigre balsamique.
Si le mélange est un peu sec, vous pouvez rajouter un peu d'eau de cuisson des pâtes, et mélangez et goûtez à nouveau.

Ajoutez ensuite le speck en tronçons et le persil ciselé.
Mélangez puis servez aussitôt.

lundi 3 octobre 2011

Dans les méandres de l'élaboration d'une recette

Soupe rouge au boeuf

Je suis très, très en retard dans la publication de nouvelles recettes sur mon blog !
Il faut dire que la rentrée a commencé sur les chapeaux de roue pour moi !
Je vais essayer de me rattraper ce mois-ci. :-)

Commençons avec une soupe.
Oui, oui, il a fait beau et chaud aujourd'hui... mais cette recette, je l'ai inventée il y a 10 jours où il faisait bien plus frais. :-p
En plat, les quantités indiquées conviennent pour 3 personnes (4 si ce sont des petits mangeurs), et 6-8 personnes s'il s'agit d'une entrée (cela dépend si votre plat suivant est consistant ou pas).

Alors tout a commencé avec les températures plutôt fraîches accompagnées d'un petit vent, il y a une dizaine de jours, ce qui m'a donné envie de manger un velouté maison dimanche soir.
Et pour changer de l'éternelle couleur orange due à la courge Butternut (un régal !), je me suis imposée de faire un velouté de couleur rouge.
"Rouge ?? Hmm... Tomates et poivrons rouges !
Pour épaissir, un peu de pommes de terre avec une poignet de riz à sushi.
Bouillon de volaille comme d'habitude ?? Non, je vais changer... Le boeuf, ça se marie bien avec la tomate et le poivron.
Quelques feuilles de laurier, puis patience...
Bien, goûtons. Argh ! c'est fade ! Un peu de sel, de poivre, d'herbes de Provence.
Mouais... ça manque de chaleur gustativement.... Tiens, un peu de piment pili-pili, et pourquoi pas de graines de coriandre... Là, c'est vraiment pas mal.
Finalement, c'est joli non mixé. Allez, je vais en faire une soupe finalement !
Mais visuellement, il manque quelque chose pour une soupe (appréciation personnelle). Et si je rajoutais du steak haché émietté ??
Ah ouais... c'est encore meilleur !!!!!"

Voilà comment est née cette recette que j'ai baptisée "Soupe rouge au boeuf épicé" (ok, sur la photo, ça paraît moins rouge qu'en réalité).
J'espère que vous l'apprécierez autant que moi. ;-)
Et n'hésitez pas à me laisser un commentaire, cela me fera plaisir. :-)

Ingrédients (pour 3 personnes en plat) :
  • 2 petits poivrons rouges,
  • 2 tomates,
  • 4 petites pommes de terre Nicolas,
  • 1 poignée de riz à sushi,
  • 1 petite conserve de 70g. double concentré de tomate,
  • 100 g. de steak haché,
  • 2 cubes de bouillon de boeuf Maggi,
  • 1 cuillerée à café de graines de coriandre,
  • 2 feuilles de laurier,
  • 3 pincées d'herbes de Provence,
  • 2 pincées de piment pili-pili en poudre,
  • sel, poivre.

Lavez soigneusement les poivrons, les tomates et les pommes de terre.

Retirez le pédoncule de chaque poivron en plantant la pointe du couteau dans la chair et en faisant tout le tour de la base verte. C'est comme cela que je procède pour retirer le pédoncule et un maximum de graines.
Coupez ensuite les poivrons en 3 parties à la verticale, retirez les membranes blanches et les pépins résiduels.
Coupez-les en gros dés de 2 cm de côté.

Coupez les tomates en quatre, retirez les pépins, puis coupez chaque morceau en deux de manière à avoir de gros triangles.

Épluchez les pommes de terre et coupez-les en dés de 2 cm de côté.

Mettez les morceaux de poivron, tomates et pommes de terre dans une grande casserole.
Versez de l'eau à hauteur des légumes.
Ajoutez tous les autres ingrédients sauf le boeuf haché (le riz, le double concentré de tomate, les cubes de bouillon de boeuf, les graines de coriandre, les feuilles de laurier, les herbes de Provence, le piment pili-pili ; salez et poivrez à votre convenance).
Couvrez, portez à ébullition, puis baissez le feu.
Laissez frémir pendant 45 min en remuant de temps à autre. Si vous ne remuez pas régulièrement, les légumes risquent d'attacher au fond et brûler...

Ajoutez le boeuf haché émietté.
Laissez frémir sans couvercle pendant 15 min.

Servez aussitôt et réchauffez-vous bien !

Ratings and Recommendations by outbrain