mardi 28 décembre 2010

Ficelles façon Sud-Ouest


"- Ah ! Ca ressemble à ça, des ficelles picardes !
 - Oui, et les miennes sont belles, n'est-ce pas ? Vas-y, mange et dis-moi ce qu'il y a dedans.
 - Eh bien... Du jambon blanc, des champignons de Paris...
 - Oui... oui...
 - Des oignons...
 - Presque. Ce sont des échalotes.
 - Ah !
 - Ensuite ?
 - De la crème fraîche. Mais épaisse ou liquide ?
 - Épaisse.
 - Et pour la sauce, c'est quelque chose qui ressemble à de la béchamel... mais ce n'est pas de la béchamel.
 - Pas mal ! Mais qu'y a-t-il dans la sauce exactement ?
 - Euh... de la crème fraîche. Liquide, je dirai cette fois-ci.
 - Oui, très bien. Et quoi d'autre encore ?
 - ??????
 - Allez... devine...
 - ??????
 - Hahaha... il n'y a que de la crème liquide !!! Tout simplement ! Et pour la pâte?
 - Bah... c'est une pâte à crêpe légère et non sucrée !
 - Ah non alors, ce n'est pas une crêpe ! Ca y ressemble, mais ce n'est pas une crêpe, car je mets de la bière dedans !
 - Oui, de la crêpe avec de la bière pour la rendre plus légère, c'est ça !
 - Non, non, ce n'est pas une crêpe vu qu'il y a de la bière ! Mets-tu de la bière dans ta pâte à crêpe ?
 - Non, mais c'est parce que je ne connaissais pas cette astuce pour...
 - Donc, tu vois, ce n'est pas une pâte à crêpe !
Sa femme me glisse alors discrètement à l'oreille :
 - Si, si, fais-moi confiance, c'est bien une pâte à crêpe, mais au lieu de ne mettre que du lait, il te suffit juste de mettre moitié lait et moitié bière. Je suis bien placée pour le savoir vu que c'est ma recette de pâte à crêpe sans sucre qu'il utilise. ;-)"

Et c'est ainsi que j'ai appris la recette de la ficelle picarde par un cuisinier à la retraite, il y a quelques années déjà... :-D

Pour cette fin d'année, j'avais envie de la revisiter pour lui donner un côté plus festif grâce aux ingrédients.
Du coup, ce n'est plus une ficelle picarde, mais plutôt une ficelle... façon sud-ouest ! Bah vi... magret de canard fumé à la place du jambon, cèpes au lieu des champignons de Paris, et brunoise de champignons avec du champagne !

Ingrédients (pour 8 ficelles) :
Pour la pâte à crêpe non sucrée :
  • 125 g. de farine tamisée,
  • 2 oeufs moyens,
  • 15 cL. de lait tiède,
  • 15 cL. de bière de Noël,
  • 25 g. de beurre demi-sel fondu.
Pour la farce :
  • 600 g. de cèpes,
  • 600 g. d'échalotes,
  • 3 cuillerées à soupe d'huile d'olive,
  • 1 verre de champagne,
  • sel, poivre,
  • 3 cuillerées à soupe légèrement bombées de crème fraîche épaisse,
  • 3-4 barquettes de magret de canard fumé en tranches,
Pour le nappage :
  • 30 cL. de crème liquide,
  • 1 grosse pincée de noix de muscade râpée,
  • 60 g. de comté râpé.

Dans un saladier, mélangez la farine avec les œufs.
Ajoutez ensuite petit à petit le lait puis la bière tout en remuant. En vous débrouillant bien, vous éviterez ainsi d'avoir des grumeaux.
Ajoutez ensuite le beurre fondu, et continuez à mélanger jusqu'à obtenir une préparation homogène.
Préparez la pâte à crêpe au moins 4h à l'avance afin de la laisser reposer le temps nécessaire (une demi-journée). Les crêpes seront ainsi plus légères...
Quant à la farce (sans la crème), elle peut être préparée la veille et les crêpes cuites plusieurs heures avant. Gain de temps considérable le jour J et au moment M !

Pour la préparation de la farce, coupez en petits dés les cèpes ainsi que les échalotes.
Dans une casserole pas trop grande, faites fondre sur feu moyen les dés de cèpes et d'échalotes dans de l'huile d'olive.
Ajoutez ensuite le champagne et faites réduire à nouveau jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de jus.
Salez et poivrez à votre convenance.

Ajoutez la crème fraîche épaisse hors du feu et mélangez.

Préchauffez le four à 210°C.

Passons au dressage à présent !

Prenez huit crêpes, et répartissez-y les tranches de magret de canard fumé afin de former une rangée dans chaque crêpe.
Divisez la farce en 8 parts. Déposez une portion de farce sur chaque rangée de magret.
Roulez chacune de vos crêpes ainsi farcies.
Disposez toutes vos ficelles dans un plat à gratin suffisamment grand.

Mélangez la crème fraîche liquide avec la noix de muscade râpée dans un bol.
Répartissez ensuite cette crème sur toutes les ficelles.
Puis parsemez le comté râpé sur l'ensemble du plat.

Enfournez pendant 15-20 min. pour gratiner.

A vos fourneaux, à présent ! Et bonne dégustation ! ;-)

lundi 27 décembre 2010

Biscuits de Noël et compagnie

Idéaux pour des cadeaux gourmands

J'espère que vous avez été bien sages durant cette année 2010 et qu'en conséquence vous avez été gâtés par Papa Noël ! ;-)

Pour une fois, j'ai enfin pris le temps de réaliser ce que j'avais toujours envie de faire : préparer un assortiment sucré spécial Noël à offrir à mes convives.
Donc en plus d'être gâtés par le Père Noël, ils l'ont été quelque part par moi également :-)

Dès que j'aurai le temps, je posterai les différentes recettes des petites choses présentes sur cette photo :

En attendant, faites un peu de sport afin d'éliminer les excès du week-end dernier en prévision de ceux de la fin de la semaine ! (et moi, m'en retourne à mes fourneaux... :-p)

lundi 20 décembre 2010

Anis bredele


Anis bredele... Qu'est-ce ???
D'après la photo, cela ressemble à des coques de macarons avec la présence de la petite collerette.
Comme il s'agit d'anis bredele, on parle plutôt de socle, et il s'agit d'un des nombreux petits gâteaux de Noël alsaciens. Ceux-ci sont parfumés... à l'anis !! (trop dur à deviner...) Cela change de la cannelle.

Une fois de plus, il faut faire preuve de patience, car il y a tout de même une attente de 24h avant la cuisson !
En revanche, comme c'est petit, les anis bredele refroidissent rapidement, donc la dégustation est très rapide s'il y a des gourmands aux alentours ;-)

Ingrédients (pour environ 25 pièces de 3,5 cm de diamètre) :
  • 150 g. de sucre en poudre,
  • 15 g. de sucre vanillé,
  • 2 œufs moyens,
  • 1 cuillerée à soupe rase de graines d'anis vert,
  • 1 pointe de couteau de levure chimique Alsa,
  • 200 g. farine.
Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre (nature + vanillé) durant 20 min. à la main ou 10 min. au fouet électrique, jusqu'à obtenir un mélange mousseux et former un ruban (quand vous soulevez rapidement le fouet à l'horizontal d'une hauteur de 20-30 cm., un "large" ruban doit se former et retomber en continu dans le récipient et non un filet qui fait des "gouttes").

Afin de bien répartir la levure, ajoutez la levure et continuez à battre durant 30 secondes.

Incorporez délicatement les graines d'anis vert.

Incorporez la farine par petites quantités : recouvrez la surface de la préparation de farine que vous tamiserez au fur et à mesure.
Mélangez délicatement à chaque fois.

Vous obtenez au final un mélange plutôt compact mais qui reste mousseux.

A l'aide de deux cuillères à café (ou mieux, d'une douille...), formez des disques d'environ 3 cm. de diamètre sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.
Laissez reposer 24h dans un endroit frais sans courant d'air (dans un four éteint et refroidi par exemple).
Une croûte s'est formée au bout des 24h bien entendu. Et toujours pas de socle ?? Patience... ;-)

Préchauffez le four à 150°C.
Enfournez durant 12 min.
Un socle se forme en dessous de chaque anis bredele et le dessus doit rester blanc.

Après complet refroidissement, cela se décolle très facilement.

A la dégustation, il y a une légère croûte sur le côté extérieur, et l'intérieur... c'est encore moelleux. Mmmm...

mercredi 1 décembre 2010

Rochers coco



Je fais rarement des rochers coco car même si c'est super bon dans sa version allégée en sucre, cela reste trop sucré pour moi. Mais je n'ose pas en mettre moins encore car je ne veux surtout pas perdre leur côté moelleux et gourmand...
Et puis, avec un thé ou un café, le côté sucré s'estompe un peu :-)

En tout cas, voici une recette de rochers coco sans avoir à monter les blancs d'œufs en neige (oui, oui, un jour je le ferai... mais bon, entre les macarons et les rochers coco...).

Ingrédients (pour 12 rochers) :
  • 225 g. de noix de coco râpé,
  • 150 g. de sucre en poudre,
  • 2 gros œufs.

Préchauffez le four à 180°C.

Dans un saladier, mélangez la noix de coco râpé et le sucre en poudre.
Ajoutez les œufs et mélangez à nouveau à l'aide d'une spatule pour commencer, puis à la main de façon à obtenir une pâte homogène.

Sur une plaque allant au four, disposez du papier sulfurisé, puis y déposez des rosaces de mélange à base de noix de coco d'environ 3 cm de diamètre.
Si comme moi, vous ne voulez pas vous battre avec une poche à douille afin d'obtenir de belles rosaces, car après tout, le mélange est plutôt compact, voici la méthode que j'utilise pour tromper les plus gourmands : après avoir façonné des boules bien compactes de 3 cm de diamètre, utilisez le plat d'un petit couteau à bout pointu afin de laisser des empreintes en forme de longs triangles. Je fais le tour d'une boule à deux reprises afin d'avoir des marques plus profondes sans "l'exploser".

Enfournez pendant environ 10-15 de minutes jusqu'à coloration des rosaces.
Si vous ne faites pas des rosaces mais de simples boules, il vaut mieux ne pas  attendre une belle coloration et ne dépasser 12-15 min de cuisson autrement vous risqueriez d'obtenir quelque chose de sec au lieu de rochers coco bien moelleux à l'intérieur.

A la sortie du four, c'est encore mou, et c'est normal.
Laissez refroidir avant de les ranger dans une boîte métallique pour les conserver plus longtemps (enfin... s'il en reste !).

Si vous en confectionnez de plus petite taille et que vous lez nappez ensuite de chocolat noir, ces rochers coco trouveront facilement leur place dans un calendrier de l'avent, ne trouvez-vous pas ? ;-)

mardi 16 novembre 2010

Samosas végétariens


Après Bharati, l'envie de cuisiner réellement indien me titillait fortement.
Non pas à l'indienne, mais indien. C'est différent.
J'ai hésité entre les cheese naans et les samosas... et j'ai choisi les samosas végétariens en fin de compte.

La farce n'est pas aussi bonne que celle faite par le restaurant indien du quartier, mais ça reste bon :-) (c'est juste que je suis perfectionniste :-p)
La pâte est faite maison car je ne sais pas où en acheter.
Pourquoi ne pas utiliser des feuilles de brick que l'on trouve aisément à présent ? Eh bien... pour moi, ce serait alors des briouates à l'indienne, et non des samosas indiens !
J'ai le souvenir des merveilleux samosas faits par des amis d'origine indienne... alors à mon tour à présent !

Ingrédients (pour 24 samosas) :
Pour la pâte :
- 225 g. de farine,
- 2 cuillerées à café de sel,
- 2 cuillerées à soupe d'huile de tournesol,
- 80 mL. d'eau chaude.
Pour la farce :
- 6 pommes de terre Charlotte de taille moyenne,
- 1 cube de bouillon de volaille,
- 1 oignon,
- 2 gousses d'ail,
- 2 cuillerées à soupe d'huile de tournesol,
- 2 cuillerées à café de curry,
- 1 grosse pincée de sel,
- des petits pois frais ou surgelés (surtout pas en bocal ou en conserve !) : environ 1/3 du volume des pommes de terre.

Faites bouillir suffisamment d'eau dans une casserole, puis plongez-y les pommes de terre avec leur peau (de l'eau à la hauteur des pommes de terre suffit).
Ajoutez le cube de bouillon de volaille.
A la reprise des premiers bouillons, diminuez le feu à un feu doux, puis laissez mijoter pendant 45 min.
C'est comme cela que je préfère les pommes de terre cuites à l'eau et pour faire une purée bien onctueuse et goûteuse ! (sauf que là, on ne va pas ajouter de beurre ou de crème)
Refroidies, elles sont encore merveilleuses le lendemain...

Pendant la cuisson des pommes de terre, attaquez-vous à la pâte.
Dans un saladier, mélangez la farine tamisée et le sel.
Faites un puits au centre.
Versez au centre l'huile de tournesol puis en fin filet l'eau chaude, tout en incorporant petit à petit le mélange farine-sel à l'aide d'une spatule.
Finissez de mélanger à la main jusqu'à obtenir une pâte homogène.
Pétrissez la pâte pour une durée d'une dizaine de minutes (ou moins si vous êtes plus rapide que moi) : elle doit devenir bien souple et ne plus coller aux doigts.
Faites-en ensuite une boule que vous laisserez reposer durant 30 minutes à température ambiante dans le saladier recouvert d'un film plastique.

Durant le repos de la pâte, hachez finement les gousses d'ail, et coupez l'oignon en dés de 5 mm.
Dans une poêle sur un feu moyen, ajoutez les deux cuillerées à soupe d'huile de tournesol, l'ail haché et l'oignon concassé.
Lorsque les dés d'oignon commencent légèrement à colorer, ajoutez les petits pois, puis remuez doucement pendant 2-3 minutes (ou plus si nécessaire pour faire cuire les petits pois). Coupez le feu et réservez.

Égouttez les pommes de terre et faites-les refroidir en les passant à l'eau froide.
Épluchez-les puis faites-en une purée grossière ou fine selon votre préférence.

Sur feu doux, réchauffez le mélange oignon-ail-petits pois, et ajoutez le curry et le sel.
Ajoutez la purée de pomme de terre et mélangez délicatement.
Retirez ensuite du feu.

La pâte a dû suffisamment reposer.
Découpez-la en 12 parts égales, puis faites-en des petites boules.


Prenez une boule de pâte et écrasez-la entre les paumes de vos mains afin d'obtenir un disque "parfait" (cela facilitera l'obtention d'un disque de pâte bien fin et bien rond).
Farinez légèrement le plan de travail, et à l'aide d'un rouleau à pâtisserie, étalez finement le disque de pâte sur un diamètre de 20 cm.
Pour moi, plus la pâte est fine (enfin, pas autant que pour les mini ravioles sinon elle va se déchirer avec le poids de la farce), plus elle deviendra croustillante après friture...
Coupez ensuite le disque fin en deux.

Repliez chaque demi-disque de manière à rabattre un tiers de la pâte.
Humectez avec de l'eau la surface rabattue à l'aide d'un pinceau ou du dos d'une cuillerée à café.
Rabattez l'autre partie libre sur cette partie humectée, et appuyez légèrement dessus.
Comme vous avez étalé vous-même la boule de pâte sur un plan de travail fariné, il y a donc un peu de farine sur le dos de chaque demi-disque, et le fait de l'humecter sert ainsi à coller les rabats entre eux.
Veillez à ce que la pointe ainsi fermée ne présente aucun trou, sinon l'huile entrera dans le samosa lors de la cuisson !

Ouvrez légèrement la poche ainsi obtenue, et ajoutez de la farce à l'aide d'une cuillère à café.
Pour bien refermer le samosa, humectez légèrement l'intérieur de la poche à la bordure de la farce, puis appuyez légèrement sur l'extérieur de la poche.
A 2-3 mm de la farce, appuyez fortement sur les bords pour finir des les souder.
Coupez le surplus de pâte si nécessaire avec un couteau.

Recommencez jusqu'à épuisement des boules de pâte et de la farce.

Dans une casserole à haut bord ou dans une friteuse, faites chauffer de l'huile de tournesol, puis faites frire les samosas.
Retirez-les dès qu'ils sont légèrement dorés.
Au fur et à mesure, déposez-les sur un lit de papiers essuie-tout afin de retirer le surplus d'huile, puis servez-les aussitôt (sinon l'humidité de la farce va ramollir l'enveloppe croustillante).

Bonne évasion !

lundi 15 novembre 2010

Mini ravioles au saumon frites


Ça y est, j'ai enfin osé faire des pâtes fraîches maison !
Munie du coffret Cookin'box - mon kit ravioles maison, j'ai suivi les instructions pas à pas afin de réaliser mes premières mini ravioles au saumon fumé.
Le résultat est plus que pas mal !
Néanmoins, je trouve la pâte pas assez tendre à mon goût car moins riche en oeufs sans doute (en même temps, je prends comme référence les ravioli Giovanni Rana...). Je modifierai la recette la prochaine fois, et si le résultat est concluant, je vous la communiquerai ;-)

Ingrédients pour 4 plaques de mini ravioles :
Pour la pâte :
- 250 g. de farine tamisée,
- 1 gros œuf (du type Matines Maxi d'Auge),
- 1 cuillerée à café de sel,
- 80 mL. d'eau froide.
Pour la farce au saumon fumé :
- 2 tranches de saumon fumé,
- 4 cuillerées à soupe de crème fraîche épaisse,
- 1 cuillerée à soupe d'aneth,
- sel, poivre.

Dans un bol, fouettez l'œuf avec l'eau froide de manière à obtenir un mélange homogène.

Dans un saladier, mélangez la farine avec le sel.
Creusez un puits au centre, puis versez lentement le mélange oeuf-eau dans le puits, tout en incorporant petit à petit la farine salée à l'aide d'une spatule.
Finissez de mélanger à la main en pétrissant la pâte pendant une bonne dizaine de minutes.
D'une consistance sans tenue, la pâte va devenir rapidement plus dure avant de devenir souple. Tout est dans le pétrissage !


Formez une grosse boule de pâte, et laissez-la reposer au "frais" pendant 30 minutes (exemple : dans un four éteint et bien refroidi).







Diviser la pâte en huit, et faites-en des petites boules.
Farinez le plan de travail. Pour chaque boule de pâte, étalez-la le plus finement possible à l'aide du rouleau à pâtisserie.

Pour arriver à la finesse que j'aime, et aussi à recouvrir entièrement la plaque de mini ravioles fournie dans le kit, il faut que la lumière traverse la fine feuille de pâte.

Le haut de la photo ne laisse pas passer la lumière à cause du rouleau à pâtisserie et de l'extrémité de la feuille de pâte rabattue sur l'envers.
Sur le côté gauche, on peut apercevoir des plis de superposition.
Sur le côté droit en bas, la pâte n'est pas suffisamment fine (la lumière ne passe pas), mais ce n'est pas gênant car cela dépasse la plaque à mini ravioles.
Et au centre de la feuille : è perfetto !

Préparez ensuite la farce en mixant les tranches de saumon fumé avec la crème fraîche et l'aneth.
Salez (peu) et poivrez.
Mélangez.

Disposez une première feuille sur la plaque à mini ravioles.
Appuyez légèrement au niveau de chaque empreinte (inutile d'essayer de coller la pâte aux parois de chaque empreinte !).
A l'aide de deux cuillères à café, disposez une toute petite noisette de farce dans chaque alvéole.
Recouvrez ensuite d'une deuxième feuille de pâte.
Passez le rouleau à pâtisserie plusieurs fois afin de bien marquer les ravioles.


Retirez le surplus de pâte sur les bords de la plaque.
Hop ! démoulez délicatement, et vous obtenez ainsi votre première plaque de mini ravioles !
N'est-ce pas mignon tout plein ? ;-)

Là, j'ai parsemé de paprika doux en poudre afin de les différencier d'une autre sorte de mini ravioles que j'avais faites, mais la coloration n'a pas tenu à la friture.
La prochaine fois, je l'incorporerai directement dans la pâte au moment du pétrissage !

Il ne vous reste plus qu'à recommencer avec le reste de pâte et de farce afin de confectionner les 3 autres plaques de mini ravioles. Allez, courage !

Ingrédients pour la salade (pour 1 pers.) :
- 1 quartier de tomate séchée confite,
- 3 cuillerées à café d'huile d'olive,
- 1,5 cuillerée à café de vinaigre de framboise,
- sel, poivre,
- une poignée de mesclun,
- quelques mini ravioles au saumon fumé (une dizaine suffit largement),
- huile de tournesol (pour la friture),
- 1 cuillerée à café d'estragon finement haché.

Coupez grossièrement le quartier de tomate séchée confite.
Réservez.

Préparez la vinaigrette en mélangeant l'huile d'olive et le vinaigre de framboise.
Salez et poivrez à votre convenance.
Réservez.

Dans une petite casserole, versez de l'huile de tournesol pour en avoir sur 1 cm d'épaisseur.
Faites chauffer la casserole sur un feu fort.

Quand l'huile a atteint une bonne température de friture, plongez quelques mini ravioles.
Retournez-les de temps à autres jusqu'à ce qu'elles soient dorées (il faut environ 3 minutes).
Sortez-les et disposez-les dans un plat recouvert de papier essuie-tout afin d'absorber le surplus d'huile.
Recommencez autant de fois que nécessaire afin d'obtenir le nombre de mini ravioles frites voulu.

Mélangez le mesclun avec la vinaigrette.

Dans une assiette, disposez le mesclun vinaigré, les morceaux de tomate séchée confite, les mini ravioles. Saupoudez d'un peu d'estragon haché.
Servez et dégustez aussitôt !

mercredi 10 novembre 2010

Montecao-oo-ooo-ooooo


Je ne connaissais pas les montecaos, gourmandises typiquement espagnoles.
C'est en regardant une émission d'un Dîner Presque Parfait, il y a quelques semaines, que j'ai découvert leur existence.
Après une compilation de diverses recettes dénichées sur le net, voici celle que j'ai utilisée :

Ingrédients (pour 8 montecaos) :
- 250 g. de farine,
- 125 g. de sucre vanillé,
- 1 pincée de levure chimique,
- 1 pincée de sel,
- 125 mL d'huile de tournesol,
- un peu de cannelle en poudre.

Préchauffez le four à 150°C.

Dans un saladier, mélangez la farine, le sucre vanillé, la levure et le sel.
Ajoutez l'huile de tournesol en filet, et mélangez grossièrement à l'aide d'une spatule.
Finissez de mélanger du bout des doigts afin d'obtenir une pâte homogène de la consistance d'un sablé (ne travaillez pas trop la pâte afin de ne pas la chauffer et la rendre élastique).

Partagez la pâte en huit, et faites des grosses boules.
Déposez-les sur une plaque allant au four.
Saupoudrez de cannelle en poudre à votre convenance.
Enfournez pour 15 min.

A la sortie du four, les montecaos ont légèrement gonflé et sont blancs. S'ils vous paraissent trop mous, ne vous en faites pas, ils vont durcir en refroidissant tout en restant "moelleux" à l'intérieur.

A déguster une fois refroidi avec du thé. Olé !

Ca sent les fêtes de fin d'année !!!

Pain d'épices

Dire que je n'aimais pas le pain d'épices à 4 ans...
A vrai dire, on m'avait fait découvrir uniquement la version du nounours Prosper...
Fait maison, maintenant, j'adore ça !
Et l'odeur de toutes ces épices mélangée à celle du miel... hmmm... oui, décidément, ça évoque en moi les fêtes de fin d'année !

Cette année, j'ai un peu d'avance, mais ça a été plus fort que moi :-p
10 minutes top chrono : le temps de mettre la main sur tous les ingrédients, de préparer la pâte, et hop, au four !

Assez de parlote, je vous livre ma recette de pain d'épices ;-)

Ingrédients :
- 250 g. de miel (de citronnier, oranger, châtaignier, sapin...),
- 10 cL. de lait demi-écrémé,
- 250 g. de farine tamisée,
- 50 g. de cassonade,
- 1 cuillerée à soupe de sucre vanillé,
- 1 sachet de levure chimique,
- 1 c.c. d'anis vert,
- 1 c.c. de cannelle en poudre,
- 1 c.c. de gingembre en poudre,
- 1 c.c. de noix de muscade en poudre,
- 1 c.c. de mélange de quatre épices.

Préchauffez le four à 160°C.

Dans une petite casserole sur feu doux, faites chauffer le lait avec le miel.
Remuez de temps à autre à l'aide d'une fourchette. Le mélange ne doit surtout pas bouillir !
Quand le mélange devient homogène, retirez du feu.
Si le miel est difficile à sortir de son bocal en verre, faites le chauffer rapidement au micro-onde ;-)

Dans un saladier, versez-y la farine, la cassonade, le sucre vanillé, la levure, les épices (anis vert, cannelle, gingembre, muscade, quatre épices).
Mélangez cette préparation sèche.
Creusez un petit puits au centre.

Dans ce creux, versez doucement le mélange lait-miel et incorporez petit à petit la préparation sèche en ramenant le contour vers le centre (pas de grumeaux ainsi !).

Lorsque le mélange est bien homogène, versez-le dans un moule à cake en silicone (ou un moule à cake métallique préalablement beurré et fariné).

Enfournez pendant 55 min., et humez ce doux parfum qui se disperse dans toute votre cuisine...
Laissez le pain d'épices ensuite refroidir avant de l'envelopper dans du papier aluminium.
Eh oui, patience... il sera meilleur le lendemain !

Avis aux amateurs de sucre : Il vous faudra sans doute doubler la quantité de cassonade... Pour mes dévoreurs de pains d'épices (famille, amis qui sont arrivés à temps), 50 g. suffisent avec le miel.

jeudi 4 novembre 2010

Coquelet rôti farci au boulgour


Quand on est atteint d'une envie de coquelet et d'une envie de boulgour... eh bien... au menu rien de plus simple : coquelet rôti + boulgour !
Et j'avais envie de farcir le coquelet de boulgour épicé avant l'enfourner... et essai transformé ! :-D
Le boulgour gagne ainsi en parfum grâce aux sucs libérés par le généreux coquelet. Hmmm...

Ingrédients (pour 2 pers.) :
- 1 coquelet,
- boulgour nature cuit pour 2 personnes,
- 1 carotte moyenne,
- 1 oignon rouge,
- 1 courgette moyenne,
- 1,5 cuillerée à soupe d'huile d'olive,
- 2-3 cuillerée à café de ras el hanout,
- 1-2 cuillerée à café de harissa,
- coriandre,
- beurre (quelques copeaux),
- 1 demi-cube de bouillon de volaille Maggi,
- sel, poivre,
- eau.

Après avoir lavé la carotte et la courgette, ôtez le cœur de la courgette (sinon cela va rendre plus d'eau), coupez-les en petits dés d'environ 5 mm. de côté.
Taillez l'oignon rouge en dés de même taille.

Préchauffez le four à 210°C.

Dans une poêle sur feu fort, mettez-y l'huile d'olive et les dés de carotte.
Remuez de temps à autre à l'aide d'une spatule.
Quand ils deviennent nacrés, ajoutez les dés de courgette et d'oignon rouge.
Baissez le feu (feu moyen).
Continuez à remuer jusqu'à ce que les dés d'oignon deviennent translucides, et que les dés de courgette aient perdu un peu de leur eau.
Lorsque le fond de la poêle commence à être sec, coupez le feu.
Ajoutez alors le boulgour, le ras el hanout, la harissa et une petite pincée de sel. Mélangez délicatement à l'aide d'une spatule.

Farcissez le coquelet de ce mélange à base de boulgour.
Ficelez-le ensuite, ou alors bouchez l'arrière avec une grosse boulette de papier aluminium.
Réservez le reste de boulgour dans la poêle.
Placez le coquelet dans un plat avec un fond d'eau (pas plus d'1 cm de hauteur).
Salez, poivrez, puis répartissez quelques copeaux de beurre sur la volaille.
Enfournez pour 45 min.
Pour plus de moelleux, arrosez-le toutes les 10 min.

5 min. avant la fin de la cuisson du coquelet, émiettez le demi-cube de bouillon de volaille sur le reste de boulgour. Ajoutez une cuillerée à soupe d'eau.
Réchauffez ainsi le boulgour sur feu moyen en remuant délicatement et régulièrement.

A la fin de la cuisson, dressez le tout dans un plat et dégustez avec de la salade.

Bon appétit ! ;-)

Le boulgour dans le coquelet est moins piquant que celui réchauffé dans la poêle ??
C'est normal... car celui ayant servi de farce s'est enrichi du gras du coquelet, et le gras atténue la sensation de piquant !

Crème de flocons d'avoine


En fait, ma recette de "crème" de flocons d'avoine n'est autre que celle du porridge version crémeuse...
Pour cela, il suffit d'ajouter un peu plus de lait :-p

Ingrédients (pour 1 petit bol) :
- 210 mL. de lait demi-écrémé (ou entier),
- 3 cuillerées à soupe bombées de flocons d'avoine,
- sucre à votre convenance.

Versez tous les ingrédients dans une petite casserole sur feu fort.
Remuez régulièrement à l'aide d'une spatule afin d'éviter que le lait et l'amidon de l'avoine n'accrochent le fond de votre casserole !
Aux premiers bouillons, baissez le feu et remuez vivement (sinon ça va coller...) pendant 2 min.
Versez la préparation dans un bol, et c'est prêt !
Simple, non ?

Pour varier, vous pouvez parfumer votre préparation avec de la vanille, du miel, un carré de chocolat noir (ou plus pour les gourmands ;-) ), etc.
Faites donc plaisir à vos papilles ! ;-)

dimanche 31 octobre 2010

Perles coco


Les perles coco, j'aaadoooooooooooooore !
Mais pas n'importe lesquelles : en particulier celles servies au restaurant Nouveau Village Tao Tao à Paris, découvert grâce à des amis il y a quelques années.

Un jour, j'ai décidé de les réaliser moi-même, mais il a fallu quelques essais, et au final, c'est un mélange de plusieurs recettes qui m'a permis de m'approcher de celles servies dans ce restaurant chinois (où le véritable canard laqué pékinois est un vrai délice au passage... Hmmm...) : des perles cocos bien fondantes en bouche et peu sucrées !
(Sur la photo, cela ne paraît pas car elles sont froides, et c'est super bon aussi !)

Ingrédients (pour environ 30 perles) :
Pour la farce :
- 100 g. de graines de soja jaune sèches,
- 65 g. de sucre en poudre,
- 100 g. de noix de coco râpée,
- 1 pincée de sel,
- 2 jaunes d'œufs,
- 2 cuillerées à soupe de lait de coco non sucré,
- 1 cuillerée à soupe de lait concentré sucré.
Pour la pâte :
- 250 mL de lait de coco non sucré (moins 2 cuillerées à soupe),
- 125 g. de sucre en poudre,
- 1 pincée de sel,
- 200 g. de farine de riz gluant,
- 60 g. de farine de blé,
- 100 g. noix de coco râpée pour l'enrobage.

Faites tremper durant une demi-journée (voire une nuit) les graines de soja jaune.
Rincez 3 fois à l'eau fraîche, puis faites cuire à la vapeur pendant 45 min.

Après la cuisson des graines de soja, mettez-les dans un mini-robot.
Ajoutez les 65 g. de sucre en poudre, les 100 g. de noix de coco râpée et la pincée de sel.
Mixez jusqu'à obtenir une pâte homogène.
Mettez ce mélanger dans un saladier, et ajoutez-y les 2 jaunes d'œufs, les 2 cuillerées à soupe de lait de coco et la cuillerée à soupe de lait concentré sucré.
Mélangez jusqu'à obtenir à nouveau une pâte homogène.
Laissez de côté pour vous attaquer à la préparation de la pâte.

Faites fondre dans une casserole les 125 g. de sucre en poudre et la pincée de sel dans le lait de coco.
Dans un bol, mélangez la farine de riz gluant, la farine de blé et la pincée de sel.
Aux premiers bouillons, hors feu, versez dans la casserole en une seule fois le mélange de farines/sel.
Mélangez vivement à l'aide d'une fourchette ou cuillère en bois afin d'éviter les grumeaux.

A présent, place aux travaux manuels !

Confectionnez des boulettes de 2 cm. de diamètre avec la pâte de soja jaune.

Confectionnez des boulettes de pâte blanche de même diamètre.

Puis aplatissez-les boulettes de pâte blanche afin d'obtenir des disques d'environ 1 mm. d'épaisseur.
Disposez au milieu de chaque disque une boulette de pâte de soja, et refermez le disque de manière à obtenir une grosse boulette.


Faites cuire les perles coco à la vapeur après avoir tapissé le fond de papier sulfurisé troué durant 10 min. en plusieurs fournées (elles doivent être suffisamment espacées sinon en gonflant lors de la cuisson, elles vont se coller aux voisines...).
C'est cuit lorsque la pâte ne colle plus au doigt.

Après cuisson, rouler les rapidement une à une dans de la noix de coco râpée.
A dévorer aussitôt (donc chaudes), tièdes ou froides ! Miam !

Pour gagner du temps, vous pouvez sauter l'étape de confection de boulettes de pâte de soja, et déposer directement de la farce au soja jaune à l'aide d'une cuillère à café au centre de chaque disque de pâte. Vous obtiendrez alors après cuisson des soucoupes volantes épaisses et non de belles boulettes bien rondes ;-)

Sandwich saveurs


Pour changer du classique jambon-beurre-fromage-tomate-salade, je vous propose une recette de sandwich inédite réalisée à partir de ce que j'avais à disposition dans le réfrigérateur (l'art d'accommoder les restes, quoi...).

Ingrédients (pour 1 pers.) :
- 2 tranches de pain intégral aux graines (cliquez ici pour obtenir la recette),
- 1 cervelas cuit et refroidi (ou 2 saucisses de Francfort),
- 1 poignée de mélange mâche/roquette,
- 1 cuillerée à soupe de moutarde,
- 1/2 cuillerée à soupe d'estragon haché,
- sel, poivre.

Dans un bol, mélangez la moutarde avec du sel, du poivre moulu et l'estragon haché.
Utilisez ce mélange pour tartiner les tranches de pain intégral sur une seule face.

Coupez le cervelas en deux dans la longueur, et en deux dans l'épaisseur.

Sur l'une des tranches de pain, face tartinée, disposez le mélange de mâche/roquette, puis le cervelas, et refermez avec l'autre tranche de pain.

Ce sandwich vous dit alors : "Mangez-moi" !

jeudi 21 octobre 2010

Mousse de hareng et salade de patate douce


Cette recette est sortie tout droit de mon imagination à partir des seuls ingrédients qui restaient dans le réfrigérateur... et d'une grosse part de paresse d'aller faire les courses !
L'objectif a aussi été d'arriver à faire manger du hareng fumé à un non-amateur de hareng fumé.
Et pari gagné ! :-)

Le résultat est surprenant, vraiment bon et très apprécié !

Ingrédients (par personne) :
- 100 g. de hareng fumé,
- lait demi-écrémé,
- 50 g. de fromage frais (ou fromage blanc),
- 1 blanc d'œuf,
- 1 grosse pincée d'emmental râpé,
- 1 petite patate douce,
- 1 quart d'oignon blanc,
- 1 cuillerée à soupe de vinaigre blanc,
- 1 grosse poignée de feuille de chêne,
- 1/2 cuillerée à café de sucre en poudre (ou fructose),
- sel, poivre moulu.

Faites dessaler le hareng fumé en le trempant durant 12h dans du lait demi-écrémé, le tout placé au réfrigérateur.
Après ce laps de temps, sortez le hareng du réfrigérateur, et armez-vous d'une pince à épiler... et beaucoup de patience !

Cela fait plusieurs années que je n'en avais pas recuisiné, et cette fois-ci a été seulement la deuxième... Pourquoi avoir attendu si longtemps ???
Je me suis alors rappelée de la raison : il y a une quantité impressionnante d'arêtes au cm² ! La seule pince à épiler ne suffit pas pour travailler rapidement...

J'ai fini par trouver une astuce sur le net : coupez le hareng fumé en lanières d'un centimètre de largeur, et enlevez les arêtes toujours avec une pince à épiler. Bien plus rapide et efficace que de travailler directement dans le filet entier.
Ne vous en faites pas si la chair se détache en petits morceaux, car elle sera émiettée au final !

En parallèle, faites cuire les patates douces dans de l'eau salée.
Et préchauffez le four à 180°C.

Après avoir émietté le hareng fumé débarrassé de ses arêtes, mélangez-le au fromage frais dans un saladier.
Ajoutez du poivre moulu à votre convenance, et mélangez à nouveau.
(Nul besoin de saler... car le hareng fumé suffit largement à lui seul !)

Montez les blancs d'œufs en neige bien ferme.
Incorporez délicatement les blancs en neige au mélange hareng-fromage frais-poivre.

Versez la préparation dans des moules à muffin (en silicone de préférence afin de faciliter le démoulage à la sortie du four).
Enfournez pendant 20 minutes.
5 minutes avant la fin de la cuisson, parsemez d'emmental râpé pour un côté visuel plus gourmand, et poursuivez la cuisson. (Oui... vous aurez des soufflés à ce moment-là, et non des choses complètements raplaplas comme sur la photo, mais le temps de démouler, les soufflés vont retomber...)

Pendant la cuisson des mousses au hareng fumé, émincez très finement l'oignon.
Mélangez le vinaigre blanc et le sucre en poudre.
Ajoutez du sel (très peu) et du poivre.
Faites ensuite mariner l'oignon émincé dans ce mélange.

Passez les patates douces cuites à l'eau bien fraîche afin de les refroidir au maximum et surtout ne pas vous brûler les doigts lors de la découpe.
Épluchez-les puis coupez-les en gros dés (entre 1 et 2 cm de côté).

Égouttez l'oignon émincé mariné, et mélangez-le délicatement aux dés de patates douces.

Dressez les assiettes en mettant de la feuille de chêne, par-dessus le mélange de patates douces et oignon mariné, et ajoutez les mousses de hareng fumé.

Certes la mousse de hareng fumé seule n'est pas fameuse.
Mais accompagnée de la patate douce qui est sucrée permet de contrebalancer le côté salé du hareng fumé.
Le tout est relevé par le côté bien acidulé de l'oignon mariné au vinaigre blanc, et adouci par la douceur de la feuille de chêne.
Eh oui, il faut tout mélanger en bouche pour que le plat surprenne et surtout plaise !

Bonne dégustation ;-)

samedi 25 septembre 2010

Gomasio



Je cherchais une recette sur internet à base de graines de sésame, et je suis tombée sur le "gomasio". Un nom étrange... à consonance japonaise...

Les condiments, j'adore, et le sésame, j'adôôôôôôôre...
Alors ce condiment à base de sésame est vraiment fait pour moi ! :-D

Pour 90g. de graines de sésame (à faire dorer rapidement dans une poêle sèche), comptez 10g. de gros sel.
Passez le tout au mini-mixeur (ne mixez pas trop longtemps sinon vous allez vous retrouvez avec du beurre de sésame salé, et non une poudre d'assaisonnement ;-) ).

Je conserve ce gomasio dans un petit bocal hermétique, et je m'en sers essentiellement pour assaisonner ma salade.
Il est vrai que cela permet de consommer moins de sel et que cela relève bien le goût de la salade ! Miam ! :-D

Choco blanc coco


L'idée était de me débarrasser d'un reste de céréales à la châtaigne. Le paquet a à peine diminué... mais finalement, c'est pour mieux recommencer ;-)

Ces petits bonbons au chocolat blanc-céréales-noix de coco rapée sont apparemment très bons, et accompagnent superbement un café. (Je rappelle que je suis au régime zéro-sucre-rapide !! Alors même si je continue à faire plaisir à mon entourage, je ne goûte plus mes inventions. J'ai donc ma base de cobayes... Gnark, gnark, gnark... Qui va être le plus lésé au final ? :-D)

Ingrédients :
  • 2 tablettes de chocolat blanc dessert Nestlé,
  • 6 cuillérées à soupe de céréales,
  • 2 poignées de noix de coco rapée.

Après avoir séparé les carrés de chocolat blanc, mettez-lez à fondre au bain-marie (et résistez à l'envie d'en manger, sinon il vous faudra adapter la proportion des ingrédients en conséquence ;-) ).
Une fois fondu, incorporez les céréales en mélangeant le tout à l'aide d'une cuillère.

Prenez un petit moule à gratin, tapissez-le de papier aluminium (afin de faciliter le démoulage), et versez-y le mélange chocolat blanc-céréales.
Egalisez la surface en secouant un peu le plat.
Recouvrez le tout de noix de coco rapée, puis laissez refroidir jusqu'au durcissement complet.

Une fois que vous obtenez une plaque bien dure, munissez-vous d'un couteau, et coupez-la en petits cubes.
J'ai conservé ces bonbons dans une boîte en métal, et les gens n'ont plus qu'à se servir au moment du café (ou seul par pur gourmandise).

La prochaine fois, essai avec du chocolat au lait pour atténuer le côté sucré à la demande de mes goûteurs ! ;-)
En tout cas, même les non-amateurs de chocolat blanc en ont pris, repris, re-repris... :-D

Velouté de courgette géante


Au retour de la campagne, des petites pommes... et surtout une courgette géante !

Pour vous donner une idée de sa taille, voici une photo pour la comparer avec des prunes, kiwis et un pamplemousse de tailles "standards" :

Bon, c'est sûr, il y a plus gros encore, mais ce n'est déjà pas si mal !

Après avoir coupé la moitié de la courgette, épluché (car la peau est bien épaisse vue sa taille !), épépiné, taillé en gros dés, j'ai ainsi obtenu 400g. de chair toute blanche.

Pour 4 bols de velouté de courgette (ça m'a fait environ 1,2 L) :
- 400g. de courgette (coupée en gros dés),
- 2 pommes de terre de taille moyenne (coupées en petits dés),
- 4 portions de fromage fondu (type Vache Qui Rit, Kiri),
- eau,
- 1 cube de bouillon de volaille Maggi,
- poivre.

Dans une casserole avec un couvercle, faites cuire les dés de courgette et de pommes de terre dans de l'eau, en partant avec une eau froide (l'eau doit juste recouvrir les légumes) et un feu assez fort.

Quand l'eau commence à bouillir, rajoutez le cube de bouillon de volaille. Remettez le couvercle et laissez mijoter à feu doux pendant 20 minutes environ.
Ensuite retirez le couvercle et laissez continuer à mijoter pendant environ 25 min, le temps d'avoir le bouillon arriver à mi-hauteur des légumes (la courgette rend plein d'eau, alors cela prend un peu de temps...).

Puis éteignez le feu, et ajoutez les portions de fromage fondu (sans leur emballage !! ;-) ).
Touillez avec une cuillère pour que le fromage fonde bien.
Poivrez selon votre goût.

Utilisez ensuite un mixeur plongeant ou mieux, un blender pour obtenir un fin velouté légèrement mousseux.
Un régal !

A la place du fromage fondu, il est possible aussi de le remplacer par un Boursin Ail&Fines herbes... Trop bon !!

Varier... varier... varier...

Pain intégral aux graines

Début du 4e mois de grossesse, et le plus dur reste le matin : petit-déjeuner ultra fade (yaourt nature sans sucre, 2 à 3 tranches de pain complet selon l'épaisseur avec un peu de beurre non salé, un bol de lait chaud).

Pour se réveiller les papilles le matin, il y a mieux !
Depuis le début de mon régime ultra strict, je me suis autorisée un jus de citron frais le matin pour le côté vitamine C et m'aider à me réveiller (contrairement à ce qu'on croit, cela ne fait aucun mal à l'estomac), mais ça ne reste pas top niveau plaisir gustatif.

A l'arrivée de la machine à pain à la maison, j'ai mangé un meilleur pain complet mais on tourne assez vite en rond en terme de goût, même s'il y a des ajouts de noisettes concassées, d'amandes concassées, de noix concassées... pour varier les plaisirs.

Après une rapide recherche sur l'indice glycémique des aliments sur internet, j'apprends que le pain intégral et le pain aux céréales sont moins glycémiques que le pain complet.
Il y a aussi le pain noir allemand "pumpernickel" (c'est un pain noir au seigle) qui très bien niveau indice glycémique, et il a pour avantage de dégager des arômes naturels de café et de chocolat. Mais la cuisson durerait entre 16h et 24h à 120°C !!!
Celui-là, c'est sûr, il ne sera réservé qu'à l'achat (j'en ai trouvé chez Naturalia à 1.69 euro prédécoupé (350g.), et une très fine tranche au petit-déjeuner me cale de 7h jusqu'à 11h30-12h !).

Pour vous donner une idée, en terme d'indice glycémique, on a grosso modo :
- glucose : 100 (le maximum),
- pain blanc (type baguette) : 90,
- pain complet : 75
- pain noir allemand/intégral/aux céréales : 40 !!!

Moi qui m'interdisais le pain aux céréales du boulanger parce que la mie me paraissait trop blanche...
Du coup, en avant le pain intégral aux céréales !! (je craignais que le pain intégral soit triste en goût, alors j'ai préféré faire ajouter des graines la première fois tant qu'à faire...)

Voici la recette de pain intégral testée et approuvée, avec des graines de sésame complet et de lin brun complet pour le plaisir :
- 355 mL d'eau,
- une lichette d'huile d'olive,
- 1 pincée de sel,
- 500 g. de farine de blé intégral T150 (2.10 euro le kilo chez Naturalia),
- 1 sachet de levure de boulanger Francine,
- 75g. d'un mélange de graines de sésame complet et de lin brun complet.

La prochaine fois, on rajoutera des graines de pavot qui se trouvent en haut d'une armoire de la cuisine.

Un bon pain peut se manger tout seul... et là, pas de souci !

Et pour info, le pain au blé intégral nature, je le trouve bien meilleur que le pain complet ;-)

Bentô kawai !

Je commence à prendre sérieusement du retard dans mes posts !

Aussi aujourd'hui, avalanche de photos et de recettes ! (et encore, j'ai oublié de prendre plein de photos... donc les autres recettes, ce sera pour plus tard :-p)

Pour la petite histoire du bentô me concernant, c'est que depuis le début de ma grossesse, je dois surveiller mon alimentation pour éviter la listériose et la toxoplasmose.
Késako ? Peu importe vu que ce n'est pas un blog médicalici, mais les conséquences au niveau de mon alimentation ont été les suivantes :
Adieu poisson cru (ah... sushi, maki, sashimi), pâté, foie gras, charcuterie, fromage à pâte fleurie et/ou au lait cru (camembert, brie, roquefort, etc.), toute sorte de tartare, steak saignant, crudités en-dehors de la maison (car règle n°1 pour éviter la toxo, c'est de ne faire confiance qu'à soi-même en terme de lavage de légumes ! ou à son gentil mari :-) ).
Et pour les amatrices de sucré, adieu la mousse au chocolat également (bah vi, c'est du blanc d'oeuf cru monté en neige qui est utilisé pour avoir le côté "mousse").
De ce point de vue là, pas de problème pour moi vu que je suis largement plus portée sur le salé que le sucré !
C'était un peu compliqué à gérer au début (pendant 2-3 jours le temps de remplir le frigo d'adapter son contenu à mon nouveau régime).

Mais au début du 3e mois... mise au régime sans sucre rapide à titre de prévention !!
Loin du diabète gestationnel, et juste parce que les analyses n'entrent pas dans la case "normale" d'une personne non enceinte, le régime zéro-sucre-rapide m'a été imposé.
Non seulement c'est pour le bébé, mais c'est aussi pour la maman. Apparemment, les sages-femmes sont de plus en plus draconiennes en matière de sucres.
Et il faut croire que les gynécos aussi...
Après avoir passé 1 semaine à angoisser sur ce que je pouvais bien manger le midi afin de satisfaire ma faim sans avoir des carences pour bébé, j'ai décidé d'opter pour le bentô !

Un petit tour à la boutique Komikku - 61 Rue des Petits Champs 75001 Paris - (merci internet !), et me voilà prête pour me préparer de temps à autre des petits plats froids pour le midi, avec de la couleur : plaisir des yeux et du palais garanti !

Plus le droit à la charcuterie ? Un petit détournement en faisant cuire des morceaux de chorizo en même temps que les pâtes au blé intégral (la prochaine fois, je ne les mettrai qu'à la toute fin de cuisson, car ça cuit très vite en fines tranches, et ça permettra de conserver plus de saveur), avec quelques olives noires coupées en 3.
Là, je défie toute bactérie et tout parasite de résister à plusieurs minutes dans de l'eau bouillante !

Et quelles sont ces drôles de têtes de lapin et d'ours que l'on peut voir sur la photo ? Tout simplement des oeufs durs placés dans des moules adéquats puis placés au frigo pendant la nuit (achetés également chez Komikku). Kawai !!!

Pour l'entrée, une petite salade de concombre assaisonnée avec du poivre et une portion de Vache-Qui-Rit.

Une pomme à côté, et voilà un repas équilibré ! :-)

Continuer à se faire plaisir en mangeant, c'est important pour ne pas sombrer dans la déprime !!

vendredi 27 août 2010

Cheesecake, qui a dit cheesecake ??



Amoureux du véritable cheesecake, cette recette est faite pour vous !

Après avoir essayé plusieurs recettes, voici celle que j'ai mise au point :
Ingrédients :
  • 100 g. de spéculoos écrasés (à l'aide d'un robot, c'est plus rapide !),
  • 200 g. de sucre en poudre + 2 c.s.,
  • 55 g. de beurre demi-sel fondu,
  • 800g. de Kiri (à défaut de Philadelphia qui coûte super cher en France, ça convient très très bien !),
  • 100 g. de crème fraîche épaisse,
  • 4 oeufs,
  • 1 c.c. d'extrait naturel de vanille,
  • quelques gouttes de jus de citron jaune,
  • zeste rapé de deux citrons jaunes (ou pour varier : d'un citron jaune et d'une orange).

Préchauffez le four à 170°C.

Mélangez les miettes de spéculoos avec 2 c.s. de sucre en poudre. Incorporez le beurre fondu et continuez à mélanger.
Répartissez cette pâte dans un moule (à fond amovible de préférence) à l'aide du dos d'une cuillère à soupe en tassant bien.

Dans un grand saladier, battez le Kiri avec les 200 g. de sucre en poudre et la crème fraîche.
(Pour cette étape, je procède désormais à la main, car le mélange est si épais qu'un des deux fouets du robot y a laissé son âme dès le premier tour...)

Ajoutez les oeufs un par un tout en continuant à remuer.
Pour obtenir un mélange bien homogène, vous pouvez désormais utiliser un fouet électrique ou un robot. Sinon continuez à battre bien fort.

Ajoutez l'extrait de vanille, le jus de citron et le zeste d'agrumes, et continuez à battre pour avoir un mélange homogène.
Versez ce mélange dans le moule sur la pâte de spéculoos.
Enfournez pour 45-55 min.

Quand il commence à bien dorer, éteignez votre four. Laissez la porte du four entrouverte pour laisser refroidir tranquillement votre cheesecake. De cette manière, le dessus du gâteau ne se fendillera pas ;-)


Une fois suffisamment refroidi... tout n'est qu'une question de patience : rangez-le à l'étage le plus haut de votre réfrigérateur, et oubliez-le pendant au moins 5 heures.
Une fois bien frais, le cheesecake est prêt à être dévoré !

PS : Il est très bon le jour-même. Le lendemain, il a tendance à se tasser... et c'est dommage. La prochaine fois, j'essaierai de monter 2-3 des blancs d'oeufs en neige avant de les incorporer dans l'appareil (= mélange). Cela permettra sans doute d'alléger la texture du gâteau, surtout si je veux en manger le lendemain !

T'as le look Coco !


Une petite photo pour vous montrer une part d'un gâteau à la noix de coco, d'après une recette de Trish Deseine.

Cela ne se voit pas sur la photo, mais le gâteau n'est pas du tout sec en bouche !

Il est composé de 4 couches de gâteau (deux "biscuits" à la noix de coco coupés en deux dans l'épaisseur), et entre chaque couche, une fine épaisseur de mascarpone battu avec du sucre glace. Le tout ensuite recouvert toujours d'une fine couche de mascarpone+sucre glace et de copeaux de noix de coco.

Très bon, très frais, pas trop sucré. Idéal pour les beaux jours d'été (que l'on guette cette année). Ou tout simplement par gourmandise ;-)

dimanche 27 juin 2010

Biscuit "digital"


Envie de faire des biscuits "maison" mais plus un seul oeuf dans le frigo ?
Heureusement que le biscuit "digital" est là !

Pour 36 biscuits, j'ai utilisé :
  • 50 g. de beurre pommade (beurre coupé en dés d'1cm environ, puis laissé à température ambiante histoire qu'il devienne bien mou comme une pommade),
  • 100 g. de sucre roux,
  • 1 cuillérée à soupe de lait demi-écrémé,
  • 160 g. de farine ordinaire.

Quant au glaçage, je l'ai fait au chocolat noir :

  • 125 g. de chocolat noir 70% de Nestlé,
  • 60 g. de beurre demi-sel.

Préchauffez le four à 180°C.

Fouettez le beurre pommade avec le sucre à l'aide d'une fourchette. Ajoutez ensuite le lait, et fouettez à nouveau de façon à obtenir un mélange homogène.

incorporez la farine en commençant par mélanger grossièrement à la fourchette, puis terminez de malaxer rapidement la pâte du bout des doigts pour avoir une texture de pâte sablée. Il est important de ne pas trop la travailler sinon la pâte deviendra élastique.

Séparez la pâte en 4 parts égales, puis confectionnez des quenelles d'environ 2 cm de diamètre.

Découpez chaque quenelle en neuf rondelles (cela doit vous en faire 36 au final).

Sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, disposez ces rondelles (cela m'a fait 2 fournées).

A l'aide d'un de vos doigts (index ou pouce), formez un creux dans chacune des rondelles. Si la pâte s'effrite trop, reconstituez les bords au fur et à mesure à l'aide des autres doigts. Sachez que plus le creux sera profond, plus il y aura de garniture ! ;-)

Enfournez pour 12 min environ (jusqu'à ce que la pâte commence à se colorer). Sur la photo, c'est un peu trop doré et donc trop cuit... et les biscuits sont un peu durs sous la dent ! Mais avec du lait, cela passera pour cette fois-ci.

Une fois cuits, sortez-les du four et laissez refroidir.

Pour la garniture, faites fondre le chocolat avec le beurre demi-sel au bain-marie ou au micro-onde. Mélangez bien le chocolat avec le beurre.

A l'aide d'une cuillère à café, déposez du glaçage au chocolat dans le creux de chaque biscuit.

Laissez le chocolat durcir, et bonne dégustation ! :-)

Pour varier les plaisirs, j'essaierai la prochaine fois de rajouter des zestes de citron jaune dans la pâte, et de la confiture d'abricot en garniture. Avis aux amateurs. ;-)

vendredi 18 juin 2010

Macarons-cookies

Ces "macarons" sont en réalité des cookies au chocolat noir avec des pépites de chocolat au lait, fourrés au beurre de cacahuète, d'après une recette de Trish Deseine.
Ils n'ont pas seulement l'air appétissants... ils le sont ! Miam ! :-D

jeudi 17 juin 2010

Galettes de riz nappées de chocolat


Des galettes de riz, j'aime bien en manger de temps à temps. Natures ou nappées de chocolat noir.
Mais la version chocolatée revient vite cher : le prix double pour environ 2 à 3 fois moins de galettes...


J'ai donc décidé d'essayer de le faire moi-même en achetant un paquet de 12 galettes natures et de les napper avec du chocolat noir Nestlé (100g. fondu au bain-marie).

Sur la photo, on peut voir qu'une fine couche blanche est apparue sur le chocolat car il faisait froid dans la cuisine (sacré mois de juin !) : ceci est dû au passage brutal de chaud à froid. D'ailleurs, on voit encore les traces du pinceau en silicone après séchage.
Mais ne vous en faites pas, cela n'altère pas le goût ;-)
Et au moins, j'ai pu avoir une couche un peu plus épaisse que dans le commerce avec du chocolat de meilleure qualité !

mardi 15 juin 2010

Du soleil... et des couleurs en dessert !

Salade de fruits parfumée à la vanille

Plein de fruits commençaient à vieillir dans le frigo...
Que faire pour m'en "débarrasser" au plus vite afin de ne pas les perdre ?
Le plus simple est d'en faire une salade de fruits ("Sans salade !", comme dirait quelqu'une...).

Pour cette salade de fruits, j'ai utilisé :
- 1 pomme Royal Gala,
- 1 petite barquette de myrtilles,
- 1 barquette de fraises Mara des bois,
- 1 kiwi vert,
- 1 kiwi jaune (plus doux et plus sucré que le vert),
- 1 banane,
- 1/4 de gousse de vanille (improvisée à la dernière minute, et c'est troooooooop bon !),
- jus d'orange frais.

Après avoir rincé les fraises non équeutées (sinon elles prennent l'eau !), lavé la pomme et les myrtilles, j'ai coupé en dés la pomme, équeuté les fraises pour les couper en deux, épluché les kiwis et les ai coupés en quartiers puis en tranches de 2-3 mm.
Ensuite vient le tour de la banane : je la coupe en deux dans le sens de la longueur, ensuite j'en fais des tranches de 2-3 mm d'épaisseur.
Ca a déjà une bonne tête !

Vite, pour que les morceaux de pomme et de banane ne jaunissent pas, je rajoute du jus d'orange. C'est encore meilleur avec du jus d'oranges pressées maison, mais je n'en ai pas aujourd'hui.

Ca y est, le mélange de couleurs m'inspire... et je rajoute par gourmandise les graines d'un quart d'une gousse de vanille...
Et c'est parti pour un tour au frigo, le temps de laisser les graines de vanille infuser et d'avoir une salade de fruits bien fraîche au dessert ! :-)


Miam ! Ca donne envie, non ? Et c'est une excellente façon de faire le plein de vitamines en plus !

Ratings and Recommendations by outbrain